J'ai choisi le biberon à l'allaitement: un choix encore tabou?

J'avais prévu de faire cet article depuis un bon moment mais je n'avais pas prévu de le publier si tôt. Peut être que j'attendais, la naissance de Bébé ou simplement le bon moment pour aborder ce sujet. Et puis, j'ai vu que nous fêtions actuellement la semaine de l'allaitement alors pourquoi ne pas coller à l'actualité ?

Alors que nous sommes en 2017, il semblerait que certains aspects de ce sujet soit toujours tabous dans notre société. Alors que je passais facilement outre avant, j'avoue que je m'y suis un peu plus intéressée depuis le début de ma grossesse. Lectures de dossier dans la presse spécialisée, témoignages, discussions sur le sujet... bref les supports ne manquent pas. Et puis lorsque l'on commence les cours de préparation à l'accouchement vous avez la fameuse question de la part de votre sage femme : Souhaitez vous allaiter ?

https://pourbebe.com/magazine/allaitement-maternel-allaitement-mixte-biberon

Depuis des années, alors que je n'étais pas concernée j'avais déjà un avis sur la question. Néanmoins, je gardais à l'esprit que je pourrais changer mon point de vue avec l'arrivée d'un enfant.
Je n'ai jamais souhaité allaiter mon bébé et cela n'a pas changé malgré l'arrivée imminente de notre enfant. J'ai toujours assumé ce choix et n'ai jamais vraiment rencontré d'avis contrariants sur le sujet autour de moi. On respectait mon choix que celui ci vienne à changer ou non et de mon côté bien entendu je respectais celui de toute femme d'allaiter ou non.

Ce n'est pas parce que je refuse de le faire que je critique l'allaitement maternel, bien au contraire. Comme il est très souvent rappelé, le lait maternel est ce qu'il y a de mieux pour un enfant et c'est un lien indescriptible entre mère et enfant. Aussi, évidemment que faire ce choix est un geste d'amour pur. Néanmoins, refuser d'allaiter n'est pas synonyme d'un amour moins puissant pour son bébé ou d'un lien moins fort.

Pourtant encore aujourd'hui, on arrive à avoir l'impression d'être une mauvaise mère ou tout du moins d'être jugée de ne pas faire ce qu'il y a de mieux pour notre enfant. Alors quoi : faut il se forcer à allaiter son bébé à contre cœur pour ne pas être jugée ?
J'ai beaucoup de mal à admettre qu'on arrive encore à faire culpabiliser une mère (ou future mère) sur son désir de ne pas allaiter. Certes la critique ne sera jamais faite ouvertement (quoique..) mais ce sont des petites phrases qui peuvent blesser.
Pour moi ça été de la part de ma sage femme, qui je pense n'a pas voulu être blessante mais son attitude m'a déçue. Alors que nous abordions le sujet calmement et que je lui faisais part de mon choix de ne pas opter pour l'allaitement maternel, voilà ce qu'elle m'a répondu « Mais vous savez que c'est ce qu'il y a de mieux pour votre bébé? » ! Est ce que cela sous entend que je ne veux pas le meilleur pour mon enfant ? Bien sûr que non ! Simplement c'est un choix personnel que j'assume pleinement et que j'attends que l'on respecte également.

Comme je le dis beaucoup ne faut il pas mieux donner le biberon avec amour que le sein à contre cœur ? Quel message pour notre enfant qui bien entendu doit ressentir cette crispation si sa mère se force ?
L'allaitement est une chose magnifique si l'on choisi de le faire avec plaisir et amour mais donner le biberon est aussi un moment privilégié entre mère et enfant ; et plus encore entre le jeune papa qui peut partager ces moments dès les premiers jours.

A l'heure actuelle je ne comprends pas comment un tel sujet puisse encore être source de stress ou de jugement chez de jeunes mamans à qui on reproche de ne pas allaiter ou celles qui n'y parviennent pas. Si tout le monde reconnaît le bien fondé de l'allaitement maternel (que je ne remets absolument pas en question), si nous profitions de cette semaine pour enfin laisser de côté les tabous sur le refus d'allaiter ?

Alors oui j'ai choisi de ne pas allaiter pour des raisons personnelles et je ne crois pas que cela fasse de moi une moins bonne mère !


Commentaires

annette a dit…
Sujet vraiment sensible... Comme tu le dis si bien, il y a un vrai tabou et dans les deux sens - parce que si tu as le "malheur" de vouloir allaiter plus de 3 ou 4 mois, tu dois aussi subir tout un tas de critiques et de regards désapprobateurs... :/
Décider d'allaiter ou non, c'est un choix très intime et quelque part, qui ne regarde que nous (à partir du moment où on a été bien informée, bien sûr). Je me souviens en avoir parlé enceinte avec une amie : je souhaitais allaiter, elle non, je comprenais tout à fait son choix et j'ai découvert à travers son témoignage que ce n'était pas le cas de tout le monde... Ça ne l'empêchait pas d'être une très bonne maman, affectueuse, douce et à l'écoute de son bébé !
Sans parler de ma voisine me demandait "si je nourrissais mon bébé" (quelle expression idiote !). Je répondais "oui, je l'allaite" parce que voyais ce qu'elle voulait dire... mais si j'avais donné le bib, je l'aurais pas laissé mourir de faim, quand même. :P
Je pense que la parole se libère de plus en plus, tant mieux !
Après... si je peux me permettre de partager mon expérience de "vétérante" (trois enfants et quelques heures de vol en tant que maman ;) ), rien ne peut vraiment laisser imaginer la grande aventure qui nous attend à l'arrivée de notre premier enfant. Tu as raison de te laisser du temps et la liberté d'ajuster tes choix au fur et à mesure (parce que l'allaitement sera loin d'être le seul). Je te souhaite de très très belles aventures avec ton futur bébé !
Margaud Liseuse a dit…
Merci pour ton article. J'en parle régulièrement avec une amie, maman également et qui n'a pas allaité. Et on se disait justement qu'on avait cette sensation parfois de presque cacher le fait qu'on donnait le biberon. Je me souviens encore de ma toute première réponse alors que ma fille avait quelques jours : non je n'allaite pas, mais en fait je peux pas... Je peux pas dans le sens, rien ne sort. Et je me suis trouvée tellement bête d'avoir dit ça. Alors que non. Je pourrais certainement. Mais je n'en ai jamais ressentie le besoin ou l'envie. Et j'aime beaucoup ta phrase sur donner le biberon avec amour, plutôt qu'allaiter à contre coeur. Je la trouve très juste. Et l'inverse fonctionne aussi. Notre bébé va bien, les parents aussi, si le choix a été fait, il faut le respecter. Et visiblement tout le monde se porte à merveille avec cette façon de faire.
Claire a dit…
J'aime vraiment beaucoup ton article.
Tu fais ton choix en connaissance de cause et pour moi, c'est ça qui est important.
L'essentiel est que tu sois en accord avec tes choix et je suis bien d'accord, il ne sert à rien d'allaiter à contre coeur parce que de toute manière ça sera voué à l'échec.
Ton bébé a besoin d'une maman sereine c'est ça le plus important :-)
Cela ne devrait plus être un sujet tabou mais ça l'est. J'ai l'impression que quoique l'on fasse on est jugé. Si tu dis que tu ne veux pas allaiter tu es une mauvaise mère, si tu allaites trop longtemps tu es quelqu'un de malsain. De plus il faudrait allaiter selon l'OMS mais rien n'est mis en place réellement à la maternité pour aider au démarrage de l'allaitement.

Je pense tout simplement qu'il faut faire comme on le ressent. Personnellement je n'ai pas ressenti le besoin d'allaiter, je n'en avais pas du tout envie. Avec le recul je me dis que j'aurais pu essayer. Je ne me ferme pas des portes pour un deuxième.

Bises
Anonyme a dit…
Bonjour

Merci pour votre article. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi l'allaitement ne vous tente pas?
Je suis enceinte moi aussi... de mon quatrième.
Avant la naissance de mon aînée (8 ans), je ne me serai jamais crue aussi attachée à l'allaitement !
5 mois, 2 ans (!), 6 mois... finalement je suis devenue une vieille routarde sans m'en rendre compte.

Autre idée de sujet tabou : Où imaginez-vous que votre bébé dormira les premières semaines?
Et là c'est juste dingo : le pédiatre qui vous dit que votre enfant ne fait pas ses nuits parce qu'il dort avec vous (au lieu de chercher le RGO, ndlr), la grand-mère qui ajoute que ça ne sert à rien d'avoir préparé sa chambre, le meilleur pote qui s'inquiète de la vie sexuelle de votre couple... Vous l'aurez compris, j'ai testé "notre bébé dort dans la chambre de ses parents".

Bref je rejoins un commentaire plus haut : toujours remettre ses convictions en doute en fonction de l'évolution de la situation, pour l'enfant, les parents, la famille...
Bravo pour votre joli blog et belle rencontre avec votre bébé,
Véronique.
Prunelle a dit…
J'ai tenté d'allaiter pendant une demi journée, mais je n'étais pas du tout à l'aise et ma fille le ressentait. Je me suis dit qu'il était inutile que l'on poursuive plus longtemps l'allaitement et le jour même de sa naissance; j'ai demandé des biberons à la sage-femme. Je n'ai par chance jamais été jugée pour cela, mais je sais que d'autres mamans se forcent et que certains professionnels médicaux insistent lourdement et font culpabiliser les parents. Alors que comme tu le dis si bien, il est plus important de donner le biberon avec amour que le sein à contrecoeur. Ce n'en sera que plus profitable pour le bout de chou.
Marion Legoupil a dit…
Coucou! ton article tombe à pic, je n'ai pas non plus envie d'allaiter et j'ai toujours eu ce ressenti de ne pas vouloir... Je ferai quand même la tétée d'accueil et je ne dis pas que je ne pourrai pas changer d'avis sur le moment mais actuellement je ne le souhaite pas.. je suis d'accord avec toi qu'il y a encore certains tabous mais j'ai de la chance autour de moi que ce soit ma sage femme ou mes amis je n'ai pas eu spécialement de mauvais jugements.Bises