L'instinct maternel : pas si instinctif ?

L'instinct maternel est un concept associé naturellement à la grossesse et la maternité qui cherche à définir le sentiment de la mère envers son enfant. Dérivé de l'instinct animal, il cherche à expliquer avant tout le besoin, presque primaire, de protéger son bébé. Avec le temps, le développement des sciences psychologiques, il englobe tout un tas de sentiments qui s'emparent de la jeune maman lorsque celle ci donne la vie : l'amour, la compréhension, l'anticipation des besoins, le réconfort...
Si l'on en croit le nom, cet amour, ce besoin de protection, de tout faire pour son enfant, serait instinctif, inné lors de la naissance. C'est aussi ainsi que la société à travers les magazines, les livres, films ou autres récits, nous présentent la maternité et le fameux instinct maternel. Mais est ce vraiment le cas ?

(Photo: Loaly Foto)

Le doute....
Suis-je une mauvaise mère lorsque j'avoue ne pas avoir ressenti ce fameux « instinct maternel » à la naissance de mon fils ? L'amour incommensurable d'une mère nous tombe t-il dessus comme ça d'un coup en voyant pour la première fois notre bébé ?

Encore une fois, je pense que chaque cas est différent et que nous le vivons et le ressentons différemment chacune à notre manière. Bien entendu, l'émotion que j'ai ressentie en voyant mon fils pour la première fois est indescriptible : de la surprise, du soulagement, de la joie ; mais est ce vraiment de l'amour à ce stade là ? Pendant longtemps, je me suis senti coupable de ne pas avoir eu de « coup de foudre » pour mon bébé au moment de sa naissance. Puis, on a essayé de me faire comprendre que comme tout l'amour maternel se créait petit à petit et que cela ne veut pas dire que je n'aime pas mon petit garçon. Accepter cette idée m'a certainement pris beaucoup plus de temps dans la mesure où j'avais l'impression de ne pas ressentir ce fameux instinct maternel dont tout le monde parle.

Quand tout le monde me disait que je devais me fier à mon instinct, que j'étais celle qui connaissait le mieux mon bébé et donc que je devais savoir ce qui était le mieux pour lui, une énorme boule se logeait dans mon estomac : Je suis sa mère, pourquoi ai-je l'impression de ne pas savoir quoi faire, de ne pas le comprendre ? J'avais l'impression que rien n'était inné dans ma relation avec lui, je devais apprendre et avancer en tâtonnant pour essayer d'avancer, de le comprendre.

Les débuts ont été, certes, un peu compliqués avec notre petit garçon (hospitalisation, RGO..) aussi cela m'a profondément bouleversé jusqu'à mettre en doute mes capacités d'être maman. Comme me l'a si bien fait remarquer une amie, les premières semaines j'avais l'impression de subir ma situation de jeune maman et de ne pas profiter de ce que j'avais. Sur le moment, j'ai été profondément blessée par cette phrase : est ce que je ne fais pas tout pour mon bébé malgré mes doutes et mes incompréhensions ? Bien sur que si ! Il fallait juste que je cesse de me marteler que je n'avais pas d'instinct maternel et que j'accepte que parfois cela prend un peu plus de temps.

L'acceptation...
Finalement, je crois qu'il me fallait du temps pour l'accepter : non l'instinct maternel n'est pas inné chez toutes les mères. Parfois il faut du temps pour s'adapter à cette nouvelle vie, apprendre à connaître cet enfant et à l'aimer. Je me suis fait du mal seule en ayant l'impression de ne pas « assez » aimer mon petit garçon, alors que finalement la question ne se posait même pas. Je m'étais fait une idée erronée de ce que l'on ressentait à la naissance de son enfant et j'ai eu du mal à accepter que la réalité était différente. Alors que j'avais l'impression que rien n'était instinctif chez moi vis à vis de mon bébé, j'ai réalisé que c'était à cause de barrières que je créais moi-même. Devenir maman, ça s'apprend alors forcement au début rien ne semble inné et puis petit à petit ça commence par un ressenti, une impression !
Tout comme on ne devient pas mère en quelques heures lors de l'accouchement, l'amour et l'instinct maternel se développent chaque jour passé ensemble.

Aujourd'hui, le ciel paraît bien plus bleu au dessus de ma tête. Je sais que tout ne se fait pas en quelques jours et qu'il me faudra du temps pour comprendre mon enfant. Tous mes doutes et mes peurs ne sont pas miraculeusement envolés mais je travaille chaque jour dessus.
La fatigue, la peur et le changement de vie m'ont laissé croire que je n'avais pas d'instinct maternel mais aujourd'hui je rayonne quand je parviens à savoir de quoi à besoin mon petit garçon.
Alors oui, je pense que l'instinct maternel n'est pas inné de même que le fait de devenir maman : l’apprentissage se fait au jour le jour.
Je crois que je me suis mis trop de pression, que je me suis posé trop de questions. Quand je prends maintenant du recul je me rends compte que me poser la question sur mon instinct ou mon amour pour mon bébé depuis sa naissance n'a même pas lieu d'être. Ce n'est peut être pas instinctif pour moi d'être maman et pourtant pour mon fils cela l'a toujours été !

Commentaires

Maman Sur Le Fil a dit…
On non, ce n'est pas inné... j'ai vécu une dépression du post-partum et il m'a bien fallut un an pour me sentir capable d'être maman ! Mais aujourd'hui, je suis hyper proche de mes 2 loulous et tout va bien. Chacun son vécu, chacun ses craintes, chacun son parcours mais on devient maman à 100% à un moment donné !

Virginie
Anonyme a dit…
Bonjour mais l'instinct maternel n'existe pas. Regarder du côté de Batinder